AUTRES DIRECTIONS
Accueil du site > CHRONIQUES > melodium / coloribus

melodium / coloribus

[abandonbuilding/import]

jeudi 14 avril 2011, par jérôme

Coloriages et home-recordings. Depuis le début des années 2000, rien ne semble troubler la cadence toute stakhanoviste du Français Melodium. Si sa discographie est aussi humble que foisonnante (un album par an minimum), sa musique ne semble toujours pas prête de livrer ses petits secrets de fabrication. Chaque disque est un enchantement miniature, une série de points colorés qui ne se révèlent image magique qu’une fois reliés. Ainsi Coloribus, nouvel instantané et jolie pochette, ne retrouve-t-il pas cet artisanat ludique du titre, du rythme et de la mélodie bipolaire qui s’offrait, il y a quelques semaines à peine, en Petit Jama. Comme toujours, les idées fourmillent, fragiles en tête, tandis que les vignettes filent au vent, quelque part sur les toits de l’electronica et de l’enfance révolue. Pas de danse indéfinissables. Mouvements fugaces. Empreintes persistantes. Si la guitare en bois qui faisait les beaux jours tristes du précédent Palimpse s’est presque tue, il y a dans Coloribus autant de fenêtres ouvertes que de feux à entretenir. Musique au cœur, juste tir à l’aveuglette. La lumière n’est là que pour éclairer le chemin de la maison, seul repère tangible d’un imaginaire étourdissant de directions.

Share |

Aller plus loin (mots clés et articles associés) :